Comment être dans une démarche de bientraitance ?

Comment être dans une démarche de bientraitance ?

J’ai découvert cette démarche lors de mon stage DEJEPS en structure médico-sociales pour personnes en situation de handicap. Ce concept, bien qu’il me parlait, ne faisait pas encore parti de mon jargon professionnel. Depuis, quelque soit la structure d’animation dans laquelle j’interviens, il me suis en filigrane. Il implique un respect honnête de votre public.

Définir le concept pour mieux comprendre la démarche

La bientraitance est une démarche volontariste. Elle situe les intentions et les actes des professionnels dans un horizon d’amélioration continue des pratiques tout en conservant une empreinte de vigilance incontournable. La bientraitance est donc à la fois une démarche positive et une mémoire du risque. Utiliser le terme de bientraitance oblige en effet les professionnels à garder la mémoire, la trace de la maltraitance.

Un guide pratique à votre disposition

Afin d’être guidé dans votre démarche vous pouvez télécharger les recommandations des bonnes pratiques professionnelles de l’Anesm. Ce dossier très complet vous permettra d’avoir de bons points d’appuis pour impulser une telle démarche. Il a été réfléchi et rédigé par de nombreux professionnels. Il est donc un outil fiable et juste. Une telle démarche soude une équipe et la nourrit.


Un concept adapté à votre structure d’animation ?

Clairement OUI !! Quelque soit votre milieu d’intervention ou votre public ! Il me semble qu’il est grand temps d’intégrer ce concept à tous nos milieux d’intervention. Par exemple dans le milieu de la jeunesse, on trouvera la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (qui est fondamentale) mais ce texte ne guide pas les professionnels dans leur pratique. Le cadre conceptuel de la bientraitance permet une réelle émancipation des professionnels et des bénéficiaires !

Nourrir cette démarche avec des objectifs clairs dans votre projet d’animation ou pédagogique

Afin que cette démarche ne reste pas à létat de concept entre vos mains et celles de votre équipe, formulez des objectifs qui la soutiennent. Comme par exemple :

  • S’appuyer sur les droits fondamentaux des personnes
  • Promouvoir en permanence l’exercice des droits et libertés individuels
  • Se référer à une démarche éthique dans sa pratique
  • Se fédérer autour de notions clés et pratiques partagées
  • Promouvoir la qualité de vie des personnes
  • etc.


Pour finir, je dirais que ce qui m’a souvent manqué dans l’animation c’est ce genre de cadre conceptuel rassurant et auquel on peut se référer. Il permet une évaluation qualitative de notre travail. J’ai assisté de nombreuses fois à des situations injustes, notamment envers des enfants ou des personnes âgées. J’ai moi-même été injuste parfois. Aujourd’hui la bientraitance fait partie de mes valeurs fondamentales.  Dans cette démarche éthique, le public ne pâtit plus, il s’émancipe. L’animateur aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *