Tu verras maman, tu seras bien

Tu verras maman, tu seras bien

Une vérité aux multiples visages

Quand j’ai vu le titre de ce livre, tout de suite il m’a parlé. Je serais peut-être un jour la personne qui utilise ces mots. Je suis aussi celle qui les a entendu, prononcés par des familles de résidents. Le « slogan » du livre m’a parlé tout autant : La vérité tendre et glaçante d’un directeur d’EHPAD. On y verra Mesdames Humanité, Patience, Détermination, Empathie, Tristesse et bien d’autres encore.

Le point de vue d’un directeur

Voilà qui était important pour moi. Je n’ai jamais eu de conversation profonde avec l’un de mes directeurs ou directrices. Bien souvent ils ou elles s’appliquent à conserver une distance hiérarchique qui laissent fermées les portes à ce genre de discussions. Désormais grâce à ce livre, je comprends mieux leurs positionnements, leurs difficultés ainsi que leurs tiraillements.

L’humanité d’un homme mise à rude épreuve

Jean Arcelin se livre sans filtre. Ancien directeur commercial pour une grande société automobile, il fait un virage à 180°C à 50 ans pour se rapprocher de ce qui fait sens pour lui : devenir directeur d’EHPAD. Il partage ses coups de cœur, ses émotions, ses rencontres avec les résidents, ses échanges et sa relation avec les professionnelles (je le mets au féminin car, comme il le dit, bien souvent les équipes sont majoritairement féminines).

Son admiration quant à des équipes que l’on use

Il évoque de nombreuses fois tout l’amour de leur métier qu’ont ces professionnelles mais aussi leur force, leur épuisement, leur quotidien. Il parle de son admiration pour ce personnel du médico-social qui malgré les obstacles quotidien garde sa bonne humeur et son engagement. Il parle de la pénibilité du travail lorsqu’on est face à des personnes agressives et des multiples situations auxquelles les équipes sont confrontées. Il y a dans ses mots, une douce reconnaissance qui fait du bien.

Mon mantra professionnel

Ce livre m’offre une prise de recul un peu violente mais nécessaire dans ma pratique. Il me permet de renouveler mon vœux professionnel profond, mon utopie. Ce pourquoi j’ai choisi ce métier, mon mantra professionnel : Améliorer autant que possible la qualité de vie de nos Aînés.

Le jeunisme tue les vieux

Jean Arcelin manie avec attention et justesse les tabous. Il les mets en lumière et offre aux familles comme à tout un chacun une considération dont personne ne parle : le traitement de nos vieux dans notre société. Ce que provoque le jeunisme dans le quotidien de ces personnes avancées en âge ! A partir de quel âge est-on vieux ? A partir de quel âge sommes-nous inutiles aux yeux de notre société ?

Les laissés pour compte

Il évoque aussi le triste ABANDON de ces vieux et il donne des chiffres simples : 2 personnes sur 3 ont peu ou pas de visites en établissement. Payer 3000 euros par mois pour Mamie nous dispense-t-il de ne plus venir la voir ? N’a-t-elle pas besoin d’amour encore à son âge ? De reconnaissance, d’affection ?

Le désir à tout âge

Evidemment, il n’oublie pas la sexualité de nos vieux. Il partage la manière avec laquelle ils ont traité les sujets avec son équipe et ce que cela renvoie à chacun. Ses propos posent un panel de réactions possibles face à ce sujet. Chacun se reconnaîtra dans l’un d’elles.

Ses tours de passe-passe

L’auteur évoque les budgets qui lui sont attribués face à l’immensité de ce qu’il doit changer pour améliorer la vie des personnes. Avec sa précédente carrière commerciale, il a plus d’un tour dans son sac. Il découvrira vite les avantages de ceux-là ainsi que leurs limites.

La rentabilité des EHPAD commerciaux

Jean Arcelin déplore un manque de moyens humains et financiers malgré une rentabilité des EHPAD commerciaux exceptionnelle ! « Quand j’ai découvert la très forte rentabilité du secteur, quatre fois supérieure à celle d’une concession automobile performante, ou de n’importe quel commerce, qui, eux, ne bénéficient pas d’aides d’Etat, cela m’a paru aberrant. »

De l’espoir pour les Hommes vieux

Cet homme est fort de son utopie. Et chaque obstacle, il le prend comme un défi. Il met en œuvre tous ce qu il peut pour changer la face du monde avec la plus grande humanité. Il décrit un management juste pour chacun. Il est enthousiaste et ses équipes le suivent.

La goutte d’eau

Puis, chaque jour, des petites gouttes, parfois des grosses viennent remplir sa coupe jusqu’à ce qu elle soit pleine. Un matin, il se mettra à pleurer devant son café. Ce jour là, sa carrière de directeur D’EHPAD prendra fin. Fin de l’histoire. Burn out.

Des pistes…

Enfin, il termine sur le champ des possibles en proposant des pistes concrètes pour améliorer les choses.

Parmi elles, il fait la liste non exhaustive des questions qu’une famille doit poser avant de faire entrer son parent en EHPAD pour garantir la qualité de son quotidien.

Ce qui reste en moi

J’ai été émue par ce témoignage à plusieurs reprises. J’aime son écriture. Je me suis vue dans certaines situations, magiques ou embarrassantes. Il parle d’une réalité que connaissent tous les professionnels du secteur. Il ne dénigrent pas tous les EHPAD, il partage ce qu’il en a connu. Les mots sont justes. Parfois, ils réchauffent. D’autres fois, ils glacent.

Ce que Jean Arcelin me laisse, c’est la folle envie de poursuivre mon utopie de partager au maximum toutes les initiatives positives pour créer, inventer un nouveau paysage médico-social des plus respectueux de nos Aînés. ♥️

Pour acheter le livre, cliquez sur le lien suivant : Tu verras maman, tu seras bien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *